La taille des rosiers

Publié le

Rosiers buissonnants, remontants, grimpants…

à chaque espèce de rosier une période de taille propice à sa reprise de végétation et à sa floraison. À vos outils, prêts, taillez !

Utilité de la taille de rosier

Un rosier peut se suffire à lui-même et ne pas être taillé, mais cela risque de favoriser la pousse du petit bois et l’accumulation de bois sec qui, au fur et à mesure, vont étouffer la plante, la privant de lumière :

  • Les fleurs fanées, non ôtées, épuisent également la plante puisqu’en se transformant en fruits, et donc en graines, les fleurs vont puiser inutilement toute la sève, au détriment des branches jeunes, supports de feuilles abondantes mais dépourvues de fleurs.
  • Enfin, les gourmands qui partent du pied, à croissance rapide, concentrent toute la sève sans jamais offrir de fleurs. Il faut donc les éradiquer dès les premiers jours.
  • Un rosier a besoin d’être structuré afin que la lumière atteigne le cœur de la plante et que le vent puisse circuler librement entre les branches.

Une fois planté, un entretien rigoureux est à appliquer :

  • L’année de plantation : qu’il soit en motte ou en conteneur, le rosier doit être taillé avant la plantation (racines et branches) afin de gorger le pied de sève.
  • Deux ou trois ans après la plantation : les branches secondaires se sont développées et portent désormais de nouvelles fleurs vigoureuses. La plante a besoin d‘entrer en dormance pour garder sa vigueur et une floraison généreuse. La taille d’automne devient indispensable.
  • Quatre ans après la plantation : la tige principale s’est épuisée, les branches secondaires ne sont plus si productives. Place à de nouveaux rameaux plus jeunes, qui naissent généralement au pied de l’arbuste. Une taille franche, au genou (généralement au premier tiers de l’arbuste) encouragera l’apparition de nouvelles pousses.

Bon à savoir : un rosier s’entretient toute l’année (hors période de gel) par le retrait des fleurs fanées et du petit bois mort.

Période de taille des rosiers : buissonnant ou grimpant

La différence est ténue et l’on confond souvent les deux espèces :

  • Un rosier remontant offre plusieurs floraisons annuelles, du début du printemps à la fin de l’automne. Un rosier non remontant ne fleurit qu’une fois par an.
  • Un rosier grimpant a besoin d’un support pour se développer, qu’il s’agisse d’une treille, d’une pergola, d’un mur ou d’un arbre mort.

Un rosier peut être à la fois grimpant et remontant, mais aussi grimpant non remontant, remontant et buissonnant, grimpant et buissonnant.

À noter : si l’on ne sait pas si le rosier est remontant ou non-remontant, mieux vaut patienter et laisser aux cycles végétatifs le temps de nous renseigner. Une floraison : non remontant / plusieurs floraisons : remontant.

Quand tailler un rosier non-remontant ?

Comme pour les cornouillers ou le forsythia, le rosier non-remontant est un arbuste dont la taille doit se faire après la floraison, généralement au mois d’août :

  • Il convient alors d’ôter le bois sec, les fleurs fanées mais également de préparer la floraison de l’année suivante.
  • Pour cela, une taille nette et franche à la cisaille au premier tiers de la plante est la méthode la plus efficace.

À noter : les fleurs des rosiers non remontants apparaissent sur les pousses de l’année précédente.

À la reprise de la végétation, en février ou mars selon les régions, l’objectif est de faire entrer la lumière et supprimer le bois sec.

Bon à savoir : prenez garde à ne pas couper les boutons naissants lors de cette coupe de printemps, cela amoindrirait la floraison à venir.

Période de taille d’un rosier remontant

Un rosier remontant, dont la floraison est pluriannuelle, doit être taillé après chaque floraison :

  • Une taille estivale, dont l’objectif est de retirer le bois sec et encourager le développement des fleurs, permettra l’éclosion de nouveaux bourgeons.
  • Trois semaines après la coupe des inflorescences fanées, de nouvelles fleurs feront leur apparition.

Bon à savoir : lors d’un départ en congés, n’hésitez pas à couper les fleurs – même les plus belles – dont vous ne profiterez pas, car en fanant, elles empêcheront la pousse de nouvelles inflorescences dont vous serez privés à votre retour.

Une fois la floraison terminée, à l’entrée de l’hiver (courant novembre), rabattez la plante de deux tiers de sa hauteur afin de concentrer la sève vers les nouveaux rameaux. Cette taille pourra également être effectuée jusqu’à la reprise de la végétation, au mois de mars, mais donnera moins de résultats en étant réalisée tardivement.

L’attention portée à l’arbuste a des répercussions certaines sur sa floraison. La taille d’entretien – bois sec, fruits, fleurs fanées – permet de dynamiser la plante et favoriser sa reprise de végétation.

À noter : les fleurs des rosiers remontants apparaissent sur des branches jeunes.

Taille de rosier : méfiance aux gourmands

Quelle que soit la saison, il est impératif de traquer les gourmands, poussant avec vigueur depuis le pied des rosiers. Ces pousses indésirables concentrent toute la sève de l’arbuste, au détriment des branches et rameaux florifères :

  • Ils sont généralement de couleur vert clair à rouge (mais les rameaux vigoureux peuvent l’être aussi).
  • Leurs feuilles sont souvent plus petites, plus dentées et plus nombreuses.
  • Ils débutent sous le point greffe, à la base du pied.

 

source: www.jardinage.ooreka.fr